GTranslate

Login | Register |

Knowledge Base

Search and create Best Practices, Resources, and Peer Reviews

La RBTDS Un Espace De Collaboration Transfrontalière

Description: 

A la suite aux efforts conjugués de la Mauritanie et du Sénégal, le delta du fleuve Sénégal a été érigé par l’UNESCO le 27 juin 2005 en réserve de biosphère transfrontière (RBT), faisant suite à un long processus de collaboration entre les deux pays et un premier jumelage entre le Parc National des oiseaux du Djoudj au Sénégal et le Parc National du Diawling en Mauritanie (en mai 2000). Ce jumelage fut créé afin de renforcer le réseau Ramsar Est Atlantique et de travailler sur une problématique commune : les plantes envahissantes. L’objectif de la RBTDS est « de promouvoir la conservation de la biodiversité et un développement durable basé sur la participation des communautés locales et une approche scientifique adaptée, plusieurs aspects doivent être considéré ». Elle compte à ce jour une population de 562 000 habitants.

En suivant les leçons apprises en matière d’efficacité des réserves de biosphère partout dans le monde, la RBTDS a également décidé d’opérationnaliser un système de gouvernance partagée capable de concevoir et mener à bien la variété d’interventions techniques nécessaires à son essor.

Problem, challenge or context: 

Il s’agit d’un vaste territoire couvrant une superficie totale de 641.768 ha de part et d’autre de leur frontière naturelle matérialisée par le fleuve. Ce faisant les deux Etats se sont engagés, de façon solidaire, à préserver, exploiter et valoriser, le patrimoine naturel et culturel du delta du fleuve Sénégal qui est un espace commun.

Elle s’étend, du point de vue écologique, sur un ensemble très varié d’aires protégées qui fonctionnent comme un seul et même écosystème. Cet espace renferme plusieurs habitats qui font de cette zone un réservoir exceptionnel de biodiversité. La diversité de ses paysages fait que la RBTDS abrite une diversité biologique exceptionnelle dont la présence est liée aux différents écosystèmes marins, côtiers, terrestres et estuariens que l’on y trouve.
Au plan économique, la RBTDS est appelée à jouer un rôle essentiel en raison de ses potentialités dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, du tourisme, de l’artisanat et du commerce, encore insuffisamment exploités. De fait, les populations multi ethniques de la RBTDS tirent l’essentiel de leurs moyens d’existence de l’exploitation des ressources naturelles (80% des revenus des ménages d’après une étude réalisée par l’UICN en 2004).

Au plan institutionnel, la RBTDS a bénéficié, dès sa reconnaissance, du soutien de l’UICN et du Programme Régional de Conservation de la zone Côtière et Marine en Afrique de l’Ouest (PRCM). A la faveur de ce soutien, la RBTDS est, à présent, une entité qui existe, dispose de d’un label international et de textes officiels ainsi que d’organes de gouvernance qui, au travers d’un certain nombre d’actions communes, ont permis d’asseoir sur le terrain et au plan institutionnel la réalité de la RBTDS.

En suivant les leçons apprises en matière d’efficacité des réserves de biosphère partout dans le monde, la RBTDS a également décidé d’opérationnaliser un système de gouvernance partagée capable de concevoir et mener à bien la variété d’interventions techniques nécessaires à son essor.

The action taken:
• Un cadre élargi de concertation
Les journée du Delta ont été présidées par les deux Ministres de l’environnement du Sénégal et de la Mauritanie. Les objectifs de ces journées de la RBTDS étaient :
- Renforcer la prise de conscience des populations locales dans l’intérêt de la préservation des écosystèmes naturels et leurs ressources ;
- Valoriser le développement local par le biais des services éco systémiques ;
- Consolider les « liens de coopération culturelle, scientifique et technique entre les deux Etats ».
Une réflexion approfondie a été menée de manière participative sur les thèmes suivants :
- Eau et biodiversité
- Gouvernance
- Ecotourisme

• Les activités conjointes

Les activités de suivi écologique ont attesté de la richesse des écosystèmes du delta. En particulier, les activités de dénombrement (dont un dénombrement aérien) des oiseaux d’eau mises en œuvre de façon conjointe par les deux pays favorisent l’intégration au niveau de la RBTDS sur plusieurs plans :
- dans l’espace : dans toutes les aires protégées des deux côtés de la frontière
- dans le temps : au même moment
Les populations les éco-gardes, les Aires Protégées de la réserve, les centres de Recherche et universitaires ont été mobilisés pour ces actions.

• Une gestion concertée des ouvrages

Les interventions dans ce domaine ont surtout concerné les ouvrages de gestion de l’eau au niveau des sites du Parc National du Diawling et du Parc National des Oiseaux Djoudj où les actions d’entretien du réseau hydrologique ont été étendues. Ces interventions ont contribué à un meilleur fonctionnement des ouvrages d’alimentation des plans d’eau, ce qui a permis de maintenir voire améliorer la diversité d’espèces trouvant dans la RBTDS un lieu d’accueil. Les résultats obtenus devraient, par ailleurs, être consolidés et développés suite aux formations dispensées dans le cadre du renforcement des capacités du personnel et d’acteurs de la RBT dans la gestion des aires centrales de la réserve.

Key lessons learned: 

D’autres acteurs importants ne sont pas ou insuffisamment représentés dans les organes de gestion de la RBTDS. Il s’agit notamment du secteur privé, des populations rurales et l’Office du Lac de Guier. L’OMVS (qui gère l’eau du fleuve), l’Office du Lac de Guier (plus grand consommateur des eaux du fleuve) l’UNESCO et le secteur privé n’ont pas de présence dans les réunions des organes de gouvernance. Cette lacune devrait être comblée avec la révision du système de gouvernance partagée de la RBTDS.

Enfin, le financement du fonctionnement de la RBTDS et de ses organes été supporté par un projet exécuté par le l’UICN dans le cadre des financements du PRCM de 2004- 2013. Quand les financements se sont arrêtés la RBTDS est rentrée en léthargie par manque de financement durable, montrant sa principale vulnérabilité.

Impacts and outcomes: 

L’organisation des journées de la RBTDS en 2012 a eu un impact important et avait amorcé une reprise de la mobilisation des acteurs.

Plusieurs organes de gouvernance, selon les échelles nationales et transnationales et le mandat (Comité de coordination transnationale, Comités nationaux, Comité scientifique et technique) ont été mis en place successivement et regroupent les représentants des Ministères en charge de l’Environnement des deux pays, des membres de la société civile, des représentants des PTF opérant dans la RBTDS et des personnes ressources. Tous ces organes ont fait de la RBTDS un « espace de résolution de conflits ». Ces instances sont caractérisées par une prédominance des acteurs institutionnels avec une absence d’un acteur clé comme Office de la Mise en Valeur du fleuve Senegal).

NBSAP step: 
Country: 
Language: 
French
up
36 users have voted.